• Usages de l'eau
  • Changement climatique
  • Collectivités
  • Urbanisme

Repenser l'eau dans la ville

Publié le 22/10/2020

En ville, il faut particulièrement bien gérer l’eau et l’économiser. C’est tout un petit cycle de l’eau à concevoir et maîtriser. Avec le réchauffement climatique, renaturer la ville permettra aussi d’améliorer le confort des habitants par la création ou le maintien d’îlots de fraîcheur dans les centres urbains.

Informations, recommandations et retours d’expériences

L’agence de l’eau accompagne les collectivités par des conseils, des informations adaptées et par des aides financières sur des projets et actions exemplaires relevant de ses politiques.
Des informations et recommandations sont mises à disposition pour faciliter l'intégration de la thématique « eau » dans les principaux documents de planification de l’urbanisme et d'aménagement.
Voir les ressources documentaires : 

L'eau et l'urbanisme dans le SDAGE

L'orientation A du Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) 2016-2021 vise à « intégrer les enjeux de l'eau dans les projets d'urbanisme et d'aménagement du territoire, dans une perspective de changements globaux ».

L’eau et l’urbanisme dans le PRGI

Dans le Plan de gestion des risques d’inondation (PRGI) du bassin Adour-Garonne (2016-2021), l'objectif 4 vise à « aménager durablement les territoires, pour une meilleure prise en compte des risques inondations, dans le but de réduire leur vulnérabilité ».

Assurer un développement urbain durable et s’adapter au changement climatique

Les différentes thématiques de l’eau doivent être intégrées aux documents de planification : Schéma de cohérence territoriale (SCoT), Plan local d’urbanisme (PLU), Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi), trames vertes et bleues…
Plusieurs sujets sont à aborder, sur lesquels les échanges d’expériences sont très utiles : 

  • comment articuler un SAGE et un SCoT,
  • la gestion des cours d’eau en ville,
  • la gestion intégrée des eaux pluviales,
  • l’alimentation en eau potable et l’assainissement domestique,
  • les solutions fondées sur la nature,
  • les compensations de zones humides éventuellement impactées par de nouveaux projets…

Le cas particulier du bord de mer

Sur le littoral, les risques de vagues-submersion et d’érosion côtière accrus par le changement climatique sont à prendre en compte. La planification de l’urbanisme à moyen et long terme est à concevoir à cette aune.
Il faut, en effet, prendre du recul sur les dispositifs de protection en considérant l’importance réelle des enjeux à protéger au regard des coûts et des potentiels effets induits de ces aménagements sur d’autres secteurs littoraux. Les retours d’expérience démontrent qu’une stratégie globale de l’urbanisme doit primer. 
Le groupement d’intérêt public GIP littoral aquitain travaille à une stratégie régionale de gestion de la bande côtière et élabore des outils opérationnels.

Renaturer la ville

La ville s’échauffe et souffre lors des épisodes de canicules. Le changement climatique intensifie aussi les épisodes de fortes pluies. Conséquences : davantage d’inondations, remontées d’égouts, rejets polluants… 
Renaturer la ville, c’est trouver des solutions pour ne plus réduire les espaces verts et de nature, et même au contraire en accroître le nombre et la surface. Si les sols ne sont plus systématiquement imperméabilisés, l’eau de pluie s’infiltre là où elle tombe. L’évaporation à partir des plantes et des arbres constitue aussi des îlots de fraîcheur en ville.

Un pacte pour la renaturation de la ville

L’étalement urbain croissant et l’expansion massive des surfaces imperméabilisées sont à l’origine d’une transformation excessive, parfois même d’une disparition du milieu naturel.

Afin de limiter l’impact des sécheresses et des canicules en ville, il est essentiel : 

  • que les documents d’urbanisme intègrent à présent la neutralisation des surfaces imperméabilisées. 
  • et la désimperméabilisation de ces surfaces doit être réalisée à chaque fois que l’engagement de travaux le permet. 

Les autres mesures importantes à prendre en ville sont : 

  • l’économie de la ressource en eau dans les bâtiments communaux, avec un objectif proposé de -10 % en 5 ans ; 
  • l’économie dans l’arrosage des espaces verts, avec un objectif de -25 % en 15 ans.

La réutilisation des eaux usées est une autre piste à laquelle travaillent de nombreux acteurs dont le comité de bassin et l’agence de l’eau.

Une des urgences pour les acteurs publics me semble être la renaturation des villes.

Martin Malvy, Président du comité de bassin Adour-Garonne, 2019

La ville et le territoire

Les effets de l’urbanisme dense sur les territoires alentour sont importants à considérer, tout comme le développement des villes petites et moyennes. 
Les défis posés aux collectivités territoriales sont souvent collectifs et peuvent concerner de vastes territoires relevant de l’action de syndicats ou de groupements de collectivités :

Pour aller plus loin

Des exemples de réalisation 

Bassins de rétention et d'infiltration des eaux pluviales, l'exemple à Portet-sur-Garonne

Le dérèglement climatique cause aujourd’hui des épisodes de canicule plus intenses et plus longs, mais augmente également les risques d’inondations.
Pour faire face à ces aléas de plus en plus nombreux, des solutions existent parmi lesquelles des bassins de rétention et d'infiltration des eaux pluviales. La ville de Portet-sur-Garonne (Haute-Garonne) a décidé de mettre en place ces bassins afin de réduire les risques d’inondation pour ses usagers. Elle a été soutenue techniquement et financièrement par l’agence de l’eau. 

L'eau dans la ville : vers une gestion durable des eaux de pluie Ajouter aux raccourcis Default Primary tabs

Amenag’eau

Une mission transversale au sein du département de la Gironde, expérience unique et originale

L’Agence participe au financement d’une mission d'expérimentation « Eau et Urbanisme » du Département de Gironde appelée « Aménag'Eau ». Le Département a mis en place une mission transversale au sein de ses services dans l’objectif de mieux coordonner les politiques d’aménagement du territoire et celles de l’eau. La cellule a été créée en 2013. Unique en France, il s’agit d’une assistance technique territoriale spécifique, expérimentée durant 6 années. Des fiches outils et des données sur l’eau sont fournies aux collectivités. La mission a également contribué à la rédaction de documents d’urbanisme, à la déclinaison des SAGE girondins dans les documents d’urbanisme locaux et initié deux études innovantes (« résilience aux inondations et territoires » et « bibliothèque des savoirs »).