Bassin versant de l'Adour

Publié le 05/10/2020

Entre les Pyrénées et l’océan, le bassin de l’Adour, terre de contraste, recouvre une grande diversité d’activités économiques et culturelles qui rendent ce territoire de plus en plus attractif.

Le contexte géographique

L’Adour et ses nombreux affluents (Midouze, les gaves de Pau et d’Oloron, Nive,…) traversent estives, plaines céréalières et massifs forestiers pour rejoindre un estuaire fortement urbanisé et industrialisé. De types torrentiel et montagnard à l’amont, puis très mobiles en zone alluviale, ces cours d’eau façonnent la multiplicité des paysages de ce territoire.

    La population (environ un million d’habitants) est majoritairement répartie sur les agglomérations de Pau, Tarbes-Lourdes, Mont-de-Marsan, Dax et du Pays basque avec des densités très hétérogènes pouvant aller de 31 hab/km2 sur la Midouze à plus de 700 hab/km2 sur la communauté d’agglomération de Pau-Béarn-Pyrénées. 
    Concernant l’activité socioéconomique, elle se caractérise par : 

    • une agriculture diversifiée avec des grandes cultures céréalières en plaine ou coteaux et de  l’élevage extensif en altitude,
    • une industrie tournée vers l’agroalimentaire, mais aussi l’aéronautique, la chimie, le bois papier et une production d’hydroélectricité en zone montagne,
    • une activité importante liée au thermalisme, Dax est la 1ère ville thermale de France.
    • un tourisme bien développé, concentré sur la côte et en montagne avec des activités de loisirs liées à l’eau telles que ski et sports d’eaux vives.

    Les enjeux du bassin de l'Adour

    La préservation de l'eau

    Les enjeux de préservation de l’eau sont multiples et doivent être considérés dès les têtes de bassins pour, de l’amont vers l’aval, s’attacher à réduire les pressions liées à l’urbanisation, à l’élevage, aux cultures et aux industries.
    Avec l’augmentation de la population prévue pour les prochaines décennies (+0.5 % par an), et l’économie du tourisme et des loisirs qui ne cesse de se développer, les enjeux de qualité de l’eau sont forts : pour l’eau potable, les cours d’eau et les eaux de baignade.

    La gestion quantitative des ressources

    Bien qu’alimenté par le massif des Pyrénées, le bassin de l’Adour connaît, du fait de la baisse de la contribution du manteau neigeux, des périodes d’étiage de plus en plus sévères et de plus en plus longues. De plus une étude conduite par le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) montre que les gaves ont perdu de 16 à 57% de leur débit moyen interannuel au cours des 50 dernières années.
    Dans ce contexte, les besoins en eau pour les différents usages (irrigation, eau potable, industries, milieux) sont difficiles à satisfaire tous les ans et les situations de pénurie se répètent. Il est aujourd’hui essentiel de retrouver un équilibre quantitatif par bassin et aquifère et d’assurer un partage équilibré de cette ressource. 

    Bassin de l'Adour

    Le saviez-vous ?

    Le saumon atlantique, espèce migratrice emblématique, est un marqueur de ce territoire où sont également présentes truite de mer, alose vraie, lamproie marine ou anguille. La pérennité de ces espèces passe par un accès facilité aux zones de frayères, souvent situées en tête de bassin versant. Un des enjeux forts du bassin est donc de réussir à concilier le développement de l’hydro-électricité avec la préservation de la dynamique fluviale, la continuité écologique, et la protection des zones humides et des écosystèmes aquatiques.

    Effets du changement climatique 

    • +1°C à + 1,5°C  avec une tendance plus marquée en montagne : jusqu’à +2°C
    • Diminution forte de la durée d’enneigement : -10 jours à 1800 m d’altitude
    • Quasi-disparition de la couverture neigeuse à 1500m
    •   - 30 à - 40 % du débit des Gaves
    • Étiages plus précoces, sévères et longs, avec des sécheresses automnales plus fréquentes 
    • Réchauffement des eaux, moins de dilution, risque aggravé de pollution
    • Baisse de disponibilité des eaux souterraines
    • Vulnérabilité forte des zones humides.

    L’étude prospective sur la ressource en eau, Adour 2050, conduite par l’institution Adour avec le concours financier de l’agence de l’eau a rendu ses conclusions en février 2019. Les enjeux sont tels qu’il importe que l’ensemble des acteurs du bassin s’approprient réellement les problématiques et adaptent leurs actions.

    La mise en conformité des ouvrages d’assainissement doit être anticipée et les rejets devenir irréprochables, pour pallier les faibles débits des cours d'eau attendus en période d’étiage.

    La demande en eau des ménages doit diminuer et la réduction des fuites dans les réseaux  doit être accélérée.

    Les centre-villes doivent se densifier pour limiter la destruction de terres naturelles et agricoles. De plus, rendre les villes plus perméables et végétalisées, leur permettra d’être en capacité d’infiltrer les eaux de ruissellement, de limiter les ilots de chaleurs attendus et de respecter les milieux humides.

    L’agriculture doit évoluer vers de nouveaux modes de productions qui gardent les sols vivants et fonctionnels, limitant l’érosion. Elle fournira biens et services au territoire tout en garantissant la viabilité des exploitations.

    Risques d'inondation

    Sur les gaves, l’Adour et autres cours d’eaux mobiles de ce territoire aux risques d’inondations élevés, le développement des zones tampons pour réguler les crues et limiter leurs impacts doit se généraliser. La sensibilisation sur les services rendus par les zones humides et les espaces naturels doit être intensifiée.

    Le bassin de l'Adour en chiffres : 

    • Bon état des cours d’eau en 2019 : 56 %
    • Superficie : 17 000 km²
    • Population : 1 080 000 habitants (2019)
    • Densité : 63,5 hab/km²
    • 6 pôles urbains selon l’axe Nord-Pyrénéen (Tarbes, Lourdes, Pau) et l’axe Bayonne-Dax-Mont de Marsan
    • Pourcentage des départements couverts par le bassin : Gers 22 %, Landes 55 %, Pyrénées-Atlantiques 96 %, Hautes-Pyrénées 66 %
    • Principaux cours d’eau l’Adour, la Midouze, les gaves de Pau et d’Oloron, la Nive
    • Masses d’eau : 461

    Contacts

    Contact délégation

    Adour et côtiers

    7, passage de l’Europe - BP 7 503
    64075 Pau cedex
    Tél. 05 59 80 77 90