• Agriculture
  • Biodiversité
  • Changement climatique
  • Qualité de l’eau

50 ans d’actions pour un partage durable et solidaire de la ressource en eau

Publié le 24/02/2021

Dans le grand Sud-Ouest, le partage durable de l’eau entre les territoires et les usages est un enjeu majeur face aux évolutions à venir. Plus que jamais, une solidarité entre les acteurs, les bassins versants et les générations futures doit émerger.
Depuis plus de 50 ans, le comité de bassin et l’agence de l’eau accompagnent les acteurs du territoire pour une gouvernance de proximité.

couverture plaquette 50 ans d'actions

50,1% des masses d’eau superficielles en bon état écologique en 2019, une belle réussite

En 2019, 50,1% des masses d’eau superficielles étaient en bon état écologique.

Ce résultat est le fruit d’une combinaison d’actions de l’agence de l’eau, du comité de bassin et de tous les acteurs de l’eau. Il s’agit là d’une progression de + 7 % de masses d’eau en bon état en 6 ans.

L’agence de l’eau Adour-Garonne se situe en 1re place au niveau du bon état de l’eau en France métropolitaine. Les plans d’actions, la mobilisation de tous les acteurs de l’eau et une gouvernance de proximité pour la reconquête de la qualité des eaux du bassin, ont fait preuve d’une notable efficacité au regard des problématiques spécifiques de nos territoires.

Cette année, une nouvelle étape structurante de la politique de l’eau pour les 6 années à venir s’ouvrira le 1er mars, avec la consultation sur les projets de Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) et de Programme De Mesures (PDM) 2022-2027. Ces documents posent un cadre et des actions concrètes à mettre en œuvre au regard de notre objectif de reconquête du bon état des eaux dans le contexte actuels de changements majeurs.

En effet, face aux enjeux liés au changement climatique, à l'augmentation de la population, à la perte de la biodiversité, notre rôle est de prendre un temps d’avance sur la sécurisation et la préservation de l’eau et de la biodiversité. Plus que jamais, une solidarité entre les acteurs, les bassins versants et les générations futures doit émerger.

S’adapter au changement climatique et améliorer la résilience des milieux

Tendre vers le bon état des eaux, améliorer le fonctionnement des milieux naturels, développer les solutions fondées sur la nature, tous ces objectifs favorisent la résilience des milieux. Les actions menées dans le cadre des SDAGE (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux) successifs vont dans le bon sens en termes d’adaptation au changement climatique. Plus encore depuis l’adoption du plan d’adaptation au changement climatique (PACC) en 2018, l’agence de l’eau contribue à cet enjeu majeur à travers plus 57% des aides attribuées.

Les effets sont  importants et le seront encore plus à l’avenir, avec par exemple une diminution attendue du débit des rivières de -20 à -40% d’ici 2050. Il faut continuer à agir !

Pour faire face à la multiplication des épisodes de sécheresse, l’agence de l’eau agit sur différents leviers, et notamment :

  • les économies d’eau,
  • la protection des zones humides,
  • le désimperméabilisation de sols,
  • l’aménagement des bassins versants et l’agroécologie en vue de ralentir les ruissellements et de favoriser l’infiltration des eaux dans le sol,
  • l’évolution des pratiques et filières agricoles vers l’agroécologie et des systèmes plus résilients en eau,
  • l’amélioration de la gestion des réserves d’eau existantes, la création de nouvelles.

1,2 milliard de m3 d'eau de déficit en 2050

57% des aides de l'agence de l'eau contribuent à l’adaptation au changement climatique

11 projets de renaturation et désimperméabilisation des villes aidés en 2019

Planification concertée à l’échelle cohérente des bassins versants

Afin d’aider les acteurs du territoire à s’organiser à la bonne échelle pour gérer la ressource en eau, le SDAGE encourage une planification concertée des politiques de l’eau puis la déclinaison en programmes d’actions opérationnels.

Le bassin Adour-Garonne est couvert par 27 schémas d’aménagements et de gestion des eaux (SAGE) ; 19 d’entre eux ont adopté leur programme d’action opérationnel.

Pour chacun des 8 sous-bassins du territoire (7 sous-bassins hydrographiques superficiels et celui des nappes profondes), la synergie des politiques de l’eau s’appuie sur une stratégie territoriale copilotée par l’Agence et les Préfets coordonnateurs de sous-bassins, au sein des commissions territoriales du comité de bassin.

Plus de 70 % du territoire couvert par un SAGE

90% du territoire couvert par des structures gestionnaires de cours d’eau

90% du linéaire de cours d’eau couvert par des contrats de rivières

Surveiller la qualité de la ressource en eau

Depuis le début des années 70, l’agence de l’eau évalue l’état des eaux (rivières, lacs, littoral et eaux souterraines) du grand Sud-Ouest. La surveillance repose sur des prélèvements et analyses d’échantillons d’eau, ainsi que sur des observations de communautés biologiques.

Rejets domestiques et industriels, activités agricoles, altérations de la morphologie, baisse des débits, sont autant de perturbations qui altèrent la qualité de l’eau et les communautés biologiques des milieux aquatiques.
La connaissance fine de la ressource, en lien avec celle des perturbations potentielles, permet de mieux préserver l’eau en ciblant les actions prioritaires et en évaluant leur efficacité.

2300 stations de surveillance en rivière en 2019

586 points de suivi des eaux souterraines en 2019

500 paramètres mesurés (tous milieux confondus) en 2019

Réduire les pollutions pour protéger la ressource

La réduction des pollutions est un des objectifs majeurs des interventions de l’Agence.

Parmi les différentes sources de pollution qui dégradent la qualité de l’eau, on trouve :

  • les pollutions domestiques et celles liées à la gestion des eaux pluviales ;
  • les pollutions liées aux activités économiques, industrielles et artisanales,
  • les pollutions d’origine agricole.

L’amélioration de l’état des eaux du bassin Adour-Garonne permet de préserver les milieux et de garantir des usages tels que la production d’eau potable, la baignade ou la conchyliculture. La moitié des masses d’eau est encore dégradée : les actions doivent être poursuivies avec ambition et constance.

La priorité est donnée à la qualité de l’eau potable en protégeant les captages des pollutions par les pesticides et les nitrates, ce qui permet de maintenir une meilleure qualité de l’eau brute et de diminuer les traitements pour la rendre potable.

-70% de concentration en phosphates dans les rivières

88% de l'eau utilisée pour l’eau potable protégée par des périmètres protection des captages

80% de la pollution domestique supprimée sur le territoire

Assurer le bon fonctionnement des cours d’eau

La préservation et la restauration des milieux aquatiques sont des priorités. Des cours d’eau en bon état contribuent à la qualité de l’eau pour les milieux et les usages, ainsi qu’à la biodiversité, à la résilience des milieux face au changement climatique et à la prévention des risques liés aux inondations.

A la préservation des différents milieux (zones humides, habitats des espèces) s’ajoute la restauration du bon fonctionnement des cours d’eau pour assurer la continuité de circulation des poissons (notamment migrateurs), des sédiments et également rendre disponibles les zones d’expansion de crues afin qu’elles assurent bien leur rôle.

Les solutions fondées sur la nature (SFN) permettent de répondre à de nombreux enjeux tout en offrant simultanément des avantages supplémentaires essentiels à tous les aspects du développement durable.

Sur près de 640 obstacles la continuité écologique a été rétablie depuis 2013

13000 km de haies et lisières entretenues grâce au PSE en 2019

600 km de cours d’eau renaturés en 2019

Partager la ressource

Depuis plus de 50 ans, l’agence de l’eau agit pour un partage durable et solidaire de la ressource en eau dans le grand Sud-Ouest. Il s’agit, collectivement, grâce aux actions de chacun et à une vision globale, de faire baisser la pression des prélèvements.

  • 8 millions d’usagers se partagent la ressource, et le nombre va s’accroître dans l’avenir.
  • 2 milliards de m3 d’eau sont prélevés en moyenne annuellement.

Le partage et l’amélioration de la gestion de la ressource sont des éléments centraux de la politique de l’eau sur le bassin. L’objectif est d’assurer l’approvisionnement en eau potable en quantité suffisante pour tous les usages.

Dans ce cadre, 3 axes structurent l’action de l’Agence : les économies d’eau, les solutions fondées sur la nature et la création de nouvelles réserves. L’objectif étant de rétablir durablement l’équilibre quantitatif des rivières et des eaux souterraines en période d’étiage tout en affirmant un principe de solidarité entre les territoires, l’amont et l’aval et à l’international.

A l’avenir et malgré le changement climatique, tout doit être mis en œuvre pour que les générations futures profitent de l’eau, des milieux aquatiques et des activités qui y sont liées.

2 milliards m3 d’eau prélévés en moyenne par an actuellement

12 PTGE (Projets de Territoires pour la Gestion de l'Eau)

2/3 rivières concernées par une démarche de territoire pour agir face au changement climatiqu

Plaquette 50 ans d’actions pour un partage durable et solidaire de la ressource en eau

50 ans d'actions et des résultats encourageants

Retour sur les actions et les engagements ayant permis de belles réussites.