• Usages de l'eau
  • Changement climatique
  • Qualité de l’eau

Le cycle de l'eau

Publié le 12/10/2020

À l’échelle du globe, l’eau circule depuis des milliards d’années en circuit fermé, entre ciel, terre et mer. Son volume reste globalement stable, mais la population mondiale s’accroît et nos usages de la ressource aussi.

illustration cycle de l'eau

Grand et petit cycles de l’eau

Le grand cycle de l’eau, cycle naturel : c’est le mouvement perpétuel de l’eau sous tous ses états, à l’échelle du globe.

Le petit cycle de l’eau, cycle domestique : c’est un cycle totalement artificiel, créé par l’homme, pour capter, éventuellement traiter l’eau pour sa consommation, l’utiliser puis la traiter à nouveau avant de la réinjecter dans le grand cycle de l’eau.

Les impacts humains sur le grand cycle de l’eau

Les activités humaines peuvent parfois perturber ce cycle et provoquer ou amplifier des phénomènes de pénuries ou d’inondation.

Impact du réchauffement climatique sur le grand cycle de l'eau

D’ici 2070-2100, une hausse des températures atmosphériques de 2° à 5° est attendue en moyenne en France. Ce réchauffement climatique impacte directement le cycle de l’eau.

Comment ?
Lorsque les températures montent, l’évapotranspiration augmente aussi. On retrouve alors plus de vapeur d’eau dans l’atmosphère et moins d’eau à l’état « liquide » disponible. Les phénomènes extrêmes sont alors plus fréquents et plus puissants : pluies violentes et inondations, longues périodes de sécheresse. En parallèle, la quantité d’eau qui alimente les cours d’eau ou s’infiltre dans le sous-sol diminue, entraînant une baisse du débit des rivières et un appauvrissement des nappes phréatiques. Quand le cycle de l’eau est perturbé, notre quotidien aussi.

Le grand cycle de l'eau, cycle naturel

Évaporation

Sous l’action du soleil, une partie de l’eau de mer s’évapore. La voici sous forme de vapeur d’eau. En rencontrant des températures plus basses, cette dernière subit un phénomène de condensation. Elle se condense en fines gouttelettes formant les nuages. Avec les vents, ces nuages arrivent au-dessus des continents où ils s’ajoutent à ceux déjà formés.

 

Précipitations - évapotranspiration

Les gouttelettes grossissent et finissent par tomber sous forme de pluie ou de neige, c’est l’étape des précipitations. Une partie de l’eau de ces précipitations repart plus ou moins rapidement dans l’atmosphère, soit en s’évaporant directement, soit du fait de la transpiration des végétaux et des animaux.

 

Ruissellement

Enfin, c’est le temps du ruissellement et des infiltrations. Une partie de l’eau ruisselle sur le sol jusqu’aux rivières, fleuves et océans, l’autre partie s’infiltre dans les nappes phréatiques.

 

Infiltration

L’eau infiltrée dans le sol est stockée en partie dans des nappes. Cette eau finira aussi par retourner à la mer, à beaucoup plus longue échéance, par le biais des cours d’eau que ces nappes alimentent.

 

Et le cycle de l'eau recommence ! 

Source : Agence de l'eau Rhône-Méditerranée-Corse

Le petit cycle de l’eau, cycle domestique

À partir du XIXe siècle, l’homme a élaboré un système sophistiqué pour capter l’eau, la traiter si nécessaire afin de la rendre potable et pouvoir en disposer à volonté dans son domicile, en ouvrant simplement son robinet.
Depuis, il a aussi établi un système d’assainissement pour gérer cette eau une fois salie. Elle est collectée, traitée puis restituée suffisamment propre au milieu naturel. Correctement traitée, l’eau qui retourne au cours d’eau ne doit pas altérer l’état de ce dernier, ni provoquer de problème d’insalubrité.

Source : Agence de l'eau Rhône-Méditerranée-Corse

Pour aller plus loin

Le cycle naturel de l'eau et les usages