• Changement climatique

Le plan d'adaptation au changement climatique (PACC)

Publié le 14/10/2020

Face aux effets du changement climatique, il est temps d’agir. Le PACC expose une stratégie et des mesures concrètes d’adaptation permettant de répondre aux enjeux du bassin Adour-Garonne.

Viser 4 objectifs complémentaires

Le plan d’adaptation est un panel de mesures qui, à l’échelle du bassin Adour-Garonne, poursuit 4 objectifs majeurs:

  • vivre avec moins d’eau dans nos rivières et faire face à des sécheresses plus fréquentes ;
  • réduire les pollutions pour disposer d’une eau de qualité ;
  • accompagner l’évolution de la biodiversité soumise à  un climat plus chaud et plus sec ;
  • réduire les impacts des évènements extrêmes comme les inondations, la submersion marine ou l’érosion des côtes.

Pour agir, combiner 3 types de mesures

Le PACC préconise trois grandes catégories de mesures, complémentaires entre elles : 

  • des actions de gestion et d’organisation : favoriser la gouvernance locale, insister pour que la planification urbaine intègre mieux l’eau, soutenir la recherche et l’innovation ;
  • des mesures qui font appel à la nature : verdir les villes, conserver les zones humides, restaurer les berges des cours d’eau, instaurer des zones naturelles d’expansion de crues ;
  • des mesures nécessitant des infrastructures et la technologie : créer des réserves en eau, installer des stations d’épuration plus performantes, recycler les eaux usées.

Adour-Garonne

Le saviez-vous ?

La vulnérabilité d’un territoire mesure le degré des effets du changement climatique qui affectent ce territoire sans qu’il puisse y faire face.
La vulnérabilité est fonction :
• de la nature, de l’ampleur et du rythme de la variation du climat à laquelle le territoire est exposé. Cette exposition correspond aux variations climatiques qui le touche (évènements extrêmes et évolution des moyennes climatiques, comme la température, ou le cumul de précipitations) ;
• de la sensibilité du territoire, c’est-à-dire les caractéristiques qui le rendent plus ou moins fragile vis-à-vis d’une exposition donnée. La sensibilité des territoires est évaluée par rapport à leur situation présente, face à des hypothèses de changement climatique futur ;
• et, in fine, de sa capacité d’adaptation.

S’adapter au changement climatique c’est agir plus vite et plus fort qu’aujourd’hui pour réduire cette vulnérabilité, en particulier là où les problèmes vont être les plus prégnants.