Liens de partage
logo Tempo

7

L'eau à la loupe : pourquoi surveille-t-on les rivières ?

JUILLET 2024
Connaissez-vous les cours d'eau près de chez vous ? Êtes-vous attentif à leur qualité ? Savez-vous comment cette qualité est surveillée ? Cet épisode de Tempo, le mag de l'eau vous plonge dans les méthodes et l'importance de la surveillance de nos précieux cours d'eau.

A découvrir dans cette nouvelle édition de TEMP'O

« [Temp'O le mag de l'eau] L'eau à la loupe : Pourquoi surveille-t-on les rivières ? »

Pourquoi surveille-t-on les rivières ?

Les experts de cette septième émission

Jean-Pierre REBILLARD
Chef de la mission « Surveillance » à l’agence de l’eau Adour-Garonne
Valérie PERRIER
Responsable de l’unité territoriale de Brive, en charge du bassin de la Dordogne
Nicolas PICOT
Ingénieur au CNES

« Des lycéens mobilisés pour surveiller les rivières »

Ce projet permet d’informer, de sensibiliser et d’éduquer les jeunes, les citoyens et les acteurs du milieu à la vulnérabilité des cours d’eau face aux changements climatiques. A l'image de ces jeunes lycéens, ils sont ainsi à même de s’engager dans ce réseau pour que collectivement, ils puissent acquérir de meilleures connaissances sur l’impact des changements climatiques sur les sources d’eau et les écosystèmes riverains et ainsi, être mieux outillés pour s’adapter à ces diverses perturbations.

« Surveiller les milieux aquatiques pour connaître la qualité de l'eau »

L'agence de l'eau surveille les milieux aquatiques (cours d'eau, lacs, eaux souterraines et littoral) dans le grand Sud-Ouest à travers 3000 points de prélèvements. Ces échantillons permettent des analyses physico-chimiques et hydrobiologiques (faune et flore) pour qualifier l'état des eaux et définir des actions de préservation contre les pressions comme les rejets domestiques, industriels et agricoles. Des organismes certifiés assurent la fiabilité des données du prélèvement à l'analyse.

 

À Coulounieix-Chamiers, le laboratoire Départemental de la Dordogne, dirigé par Laurent Ley, gère tout le processus, de la collecte à l'envoi des résultats à l'agence de l'eau, soulignant l'importance d'un laboratoire local. Le Président du Département, Germinal Peiro, note que la surveillance est réalisée par l'État et l'agence de bassin sur environ 200 points, avec le département ajoutant une vingtaine de points pour améliorer la connaissance de la qualité de l'eau.

La connaissance précise de l'état des eaux, définie par des directives européennes, est essentielle pour les actions de préservation.

Surveillance des rivières : connaître pour agir

2 000 000 ! C’est le nombre de données récoltées chaque année par l’Agence de l’eau Adour-Garonne dans le cadre de la surveillance des milieux aquatiques sur son bassin : rivières, lacs, eaux souterraines littorales, estuaires et zones littorales.

Depuis les années 70, sa mission de surveillance n'a cessé de croître. De 300 sites surveillés sur le bassin Adour-Garonne nous sommes passés à 3 000 aujourd’hui

« La connaissance de l’état des eaux permet de définir les actions à mettre en place par l’Agence et ses partenaires pour préserver et reconquérir sa qualité mais également d’évaluer l’efficacité de ces interventions », explique Jean-Pierre Rebillard, chef de service Mission surveillance et réseaux à l’agence de l’eau Adour-Garonne.

Micropolluants dans l'eau : rester vigilants

Saviez-vous qu'il existe 1000 paramètres de surveillance des eaux suivis par l’Agence de l’eau Adour-Garonne ? Ils étaient seulement 40 en 1971 !

Bernard Legube, Professeur émérite de l’université de Poitiers et Président du Conseil scientifique du Comité de bassin Adour-Garonne revient sur la question des micropolluants dans l’eau : leur détection, leurs effets et les actions de l’agence pour les contrer.

Les micropolluants, présents en très faible concentration, diffèrent des macropolluants comme les nitrates ou le phosphore. Ils peuvent être d'origine minérale (métaux lourds) ou organique (pesticides) et se trouvent dans les sols, l'air, les aliments et l'eau.

« Les chiffres clés du bassin Adour-Garonne »

« La Corrèze à l'aval de Brive : baisse de l'ammonium et amélioration de la qualité biologique »

« Quelques habitants de la rivière... »

« Les étapes de surveillance de nos milieux aquatiques »

« Surveiller la qualité des eaux grâce à la Biosurveillance »