Liens de partage

#109 - En bref - Eaux-scars décrypte les eaux souterraines du Nord-Aquitain

N°109 - Juin 2021

Connaître le plus précisément possible le fonctionnement des aquifères, leurs géométries et leurs caractéristiques hydrodynamiques, mais aussi leurs interactions avec les milieux superficiels. Dans un contexte de changement global, l’enjeu du projet Eaux-SCARS est de s’intéresser notamment à la disponibilité de l’eau à moyen et long terme, sur ces territoires nord aquitains.

EAUX–SCARS DÉCRYPTE LES EAUX SOUTERRAINES DU NORD-AQUITAIN

Les prochains mois vont être consacrés à des campagnes d’acquisitions géologiques et hydrogéologiques, avec notamment de la prospection électromagnétique héliportée pour comprendre la géométrie du sous-sol, mais aussi des déploiements de capteurs dans plusieurs sources et cours d’eau. Débits et compositions physico-chimiques vont être scrutés sur plusieurs années, de même que les variations de niveaux dans les forages via des campagnes piézométriques.

Une thèse et deux post-doctorats sont liés au programme pluriannuel. L’ensemble des résultats obtenus va permettre d’ :

  • améliorer la représentativité du Modèle hydrodynamique Nord-aquitain (outil numérique d’aide à la compréhension du fonctionnement des systèmes aquifères et à la gestion des eaux souterraines) et évaluer les réserves disponibles,
  • quantifier et qualifier la contribution de ces aquifères carbonatés aux milieux superficiels (soutien d’étiage, maintien des zones humides et de la biodiversité associée),
  • apporter les éléments factuels nécessaires pour asseoir des règles de gestion sur le territoire.

Dans ce cadre, une étude socio-économique est menée en parallèle, afin d’adopter une vision partagée de l’usage de l’eau, envisager les scénarios prospectifs sur chaque territoire et s’engager collectivement sur des modes de gestion de la ressource. Sur l’Agenais-Périgord (1er territoire d’étude), où un moratoire limite tout prélèvement depuis 2000, il s’agira notamment de savoir si la baisse du niveau des nappes observée sur 40 ans va s’étendre aux territoires limitrophes, comme le Lot et la Dordogne ; et de réfléchir à la meilleure manière de s’adapter et d’agir collectivement.

L’agence mobilise 1,3M€ sur ce programme structurant de 6 ans, dont le budget total est de 5 M€ et implique notamment : les fonds européens FEDER via la Région Nouvelle-Aquitaine, la Dordogne, le Lot, le Lot-et-Garonne et la Charente.

> L’ensemble du programme Eaux-Scars peut être suivi en s’inscrivant à la newsletter dédiée : http://sigesaqi.brgm.fr/-Eaux-SCARS-.html

> Une page Eaux-SCARS du projet est également mise à jour régulièrement afin de suivre les avancées et productions du projet :

http://sigesaqi.brgm.fr/-Eaux-SCARS-.html