• Biodiversité
  • Changement climatique
  • Qualité de l’eau

L’eau est un bien commun, préservons-la

Publié le 28/10/2020

Depuis plus de 50 ans, l’agence de l’eau agit pour préserver l’eau et les milieux aquatiques dans le grand Sud-Ouest.

femme buvant un verre d'eau

Préserver les milieux et la biodiversité

Protéger la biodiversité et faire en sorte que la loutre, l'hirondelle de rivage, le crapaud vert, le saumon... et toutes les espèces inféodées aux milieux aquatiques aient un habitat de qualité, concourt également à une eau de qualité pour tous les usages, dont l'eau potable. Des milieux aquatiques qui fonctionnent assurent toutes leurs fonctions (autoépuration, stockage de l'eau, etc...).

Entre terre et eau, les zones humides constituent un patrimoine naturel essentiel et précieux pour l’équilibre de nos territoires et pour notre bien-être. 
En plus d’abriter de nombreuses espèces végétales et animales, elles sont de véritables éponges naturelles (1m2 de zone humide peut retenir jusqu’à 1 000 litres d’eau). Leur protection est donc indispensable pour faire face aux conséquences du changement climatique et garantir une eau de qualité et en quantité pour tous.

33 000 ha de zones humides gérées avec une aide de l'Agence

13 000 km de haies et de lisières maintenues et entretenues dans le cadre des PSE

8 espèces de poissons migrateurs sur le bassin

Focus actions réalisées

Des chantiers participatifs en faveur de la biodiversité – Création de mares à Lapouyade 

Pour sensibiliser la population et les scolaires à la préservation de la biodiversité et encourager la mobilisation citoyenne, l’Agence, dans le cadre de son Appel à initiatives en faveur de la biodiversité incite à la mise en œuvre de chantiers participatifs. En 2017, 77 chantiers ont ainsi été financés dont un chantier organisé par Delphine et Benoit Vinet sur le domaine viticole Emile Grelier. A destination du grand public, ce chantier a vocation à créer et restaurer des mares sur le domaine viticole.

Des chantiers participatifs en faveur de la biodiversité – Création de mares à Lapouyade

Restauration de la zone humide de Saint Martin de Seignanx 

Cette zone humide, située sur les barthes de l’Adour (sortie de Bayonne), joue un rôle essentiel au niveau hydraulique et pour la préservation de la biodiversité. D’une surface de 100 hectares, cette zone a été abandonnée par l’Homme au sortir de la seconde guerre mondiale. Suite à cet abandon, le boisement a repris ses droits. La fédération de chasse a rouvert plus de 50 hectares de la zone qui accueille maintenant un large éventail d’oiseaux migrateurs (grands échassiers…) Ce site illustre une politique plus globale de préservation des zones humides par les fédérations de chasse depuis les années 1970. De ce travail résulte un réseau de zone humide (barthes, zones côtières, marais lagunes des Hautes Landes). Le programme est financé par l’Agence, la région Nouvelle-Aquitaine et le département des Landes.

Zone humide de Saint Martin de Seignanx

Le saviez-vous ?

Le 2 février, c'est la journée mondiale des zones humides

L'occasion pour chacun de découvrir cette biodiversité incroyable à travers des animations, des supports et des partages.
Pour en savoir plus sur cette journée et découvrir le programme près de chez vous : http://www.zones-humides.org/agir/ramsar-et-la-journee-mondiale-des-zones-humides

Surveiller la qualité de la ressource en eau pour mieux la préserver

Rejets domestiques et industriels, activités agricoles, altérations de la forme des cours d'eau, baisse des débits, sont autant de perturbations qui altèrent la qualité de l'eau et les communautés biologiques des milieux aquatiques.

Initiés au début des années 70, les réseaux de surveillance permettent la connaissance de l’état des eaux superficielles et des eaux souterraines. Ils ont fortement évolué depuis cette époque (en nombre de stations et de paramètres suivis), et la connaissance des milieux s'améliore continuellement.
Cette surveillance permet de cibler les actions prioritaires à déployer et évaluer l’efficacité des efforts menés par les acteurs de l’eau.
La surveillance des eaux repose sur des prélèvements et analyses d’échantillons d'eau et des observations de communautés biologiques.
 

2300 stations de surveillance en rivières

3000 relevés annuels pour le suivi biologique

586 points de suivis pour les eaux souterraines

1.5M de données collectées par an sur le bassin Adour-Garonne

Découvrez le portail évolution rivières, 50 ans de surveillance et de progrès accomplis sur les rivières du bassin Adour-Garonne

Pour aller plus loin

Consultation projet de Sdage 2022-2027

A partir du 1er mars : donnez votre avis sur l'eau !

Citoyens, usagers et acteurs du bassin pourront donner leur avis sur la politique de l'eau du territoire pour les 6 prochaines années.

Consultation SDAGE-PDM et PGRI

Cette grande consultation sur le territoire portera sur :

  • le projet de schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux, le SDAGE, élaboré par le comité bassin Adour-Garonne,
  • le plan de gestion des risques inondations (PGRI) élaboré par l’État.

Elle a pour objectif d'informer, de recueillir l'avis et les observations des usagers et des partenaires institutionnels sur les documents structurants de la gestion de l'eau sur le bassin : SDAGE et  PGRI.

Les questionnaires sur l’eau et les inondations ainsi que tous les documents soumis à la consultation seront consultables sur le site internet de l'Agence à partir du 1er mars et pour une durée de 6 mois.