• Usages de l'eau
  • Biodiversité
  • Consommation de l'eau
  • Qualité de l’eau

L'eau est un bien commun, partageons-la

Publié le 28/10/2020

Depuis plus de 50 ans, l’agence de l’eau agit pour restaurer le bon état des cours d’eau et pour préserver la biodiversité aquatique dans le grand sud-ouest. Dans un contexte de réchauffement climatique, l’Agence soutient les mesures d’adaptation au changement pour améliorer la résilience des milieux.

cours d'eau vu du ciel

Préserver la qualité de l’eau et des milieux aquatiques en restaurant l’équilibre écologique des cours d’eau

Les cours d'eau sont des écosystèmes fragiles dont l'équilibre a été bousculé par de nombreux aménagements réalisés pour les activités humaines et dont certains remontent au Moyen-Age...
Restaurer l'équilibre écologique des cours d'eau c'est rétablir un fonctionnement naturel des milieux et retrouver les services rendus par la nature.
Des milieux aquatiques en bon état contribuent à la qualité de l’eau pour les différents usages, à la biodiversité, à leur résilience face au changement climatique, à la prévention des risques liés aux inondations. C’est la raison pour laquelle tout doit être mis en œuvre pour préserver et restaurer les milieux aquatiques.
Cela passe par la préservation des zones humides, des habitats des espèces, mais aussi par la restauration du bon fonctionnement des cours d’eau pour assurer la continuité de circulation des poissons, notamment migrateurs, des sédiments et également libérer les zones d’expansion de crues.
 

120 000 km de cours d'eau sur le bassin

600 km de cours d'eau renaturés en 2019

Sur près de 640 obstacles la continuité écologique a pu être rétablie depuis 2013

Focus actions

La continuité écologique

La continuité écologique d’un cours d’eau est définie comme la libre circulation des organismes vivants et leur accès aux zones indispensables à leur reproduction, leur croissance, leur alimentation ou leur abri, le bon déroulement du transport naturel des sédiments ainsi que le bon fonctionnement des réservoirs biologiques (connexions, notamment latérales, et conditions hydrologiques favorables).

Cette continuité écologique des cours d’eau est essentielle à l’atteinte du bon état des masses d’eau. Sur le bassin Adour-Garonne, près de 19 370 ouvrages (barrages, écluses, seuils, moulins, vannages…) sont recensés sur les 99 000 que compte la métropole. Ils constituent potentiellement des obstacles à la continuité écologique en perturbant la circulation piscicole et le transport sédimentaire.
Différentes directives et lois définissent un cadre règlementaire et visent à soutenir collectivement les actions en faveur de cette restauration pour assurer la continuité biologique dans les milieux aquatiques.

Arasement du seuil de Casseuil

Continuité écologique et renaturation d'un cours d'eau : la chaussée de Gabanelle

Le seuil de Gabanelle propriété de la ville de Figeac, est situé sur la commune de Prendeignes (46) et implanté sur le Bervezou, qui est un affluent  du Célé. Jusqu’en 2006 cet ouvrage avait comme vocation d’assurer l’approvisionnement en eau potable de la ville de Figeac. En travers du cours d’eau, il constitue un obstacle au transport solide et à la mobilité piscicole, impactant ce cours d’eau riche en biodiversité. Suite à l’abandon de cette ressource, le syndicat mixte de la Rance et du Célé, maître d’ouvrage délégué, a mis en œuvre  une opération d’effacement du seuil, pour assurer la continuité écologique. Cette opération est innovante et exemplaire. Elle intègre l’implantation d’un abreuvoir solaire, la pose de clôtures et l’aménagement d’un passage à gué qui bloquait également la franchissabilité piscicole.

Canal des étangs 2016 / photo Charlotte Dubreuil
Reconnexion berle de Lupian Hourtin, octobre 2015 / photo Sébastien Dufour

Pour aller plus loin

Consultation projet de Sdage 2022-2027

A partir du 1er mars : donnez votre avis sur l'eau !

Citoyens, usagers et acteurs du bassin pourront donner leur avis sur la politique de l'eau du territoire pour les 6 prochaines années.

Consultation SDAGE-PDM et PGRI

Cette grande consultation sur le territoire portera sur :

  • le projet de schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux, le SDAGE, élaboré par le comité bassin Adour-Garonne,
  • le plan de gestion des risques inondations (PGRI) élaboré par l’État.

Elle a pour objectif d'informer, de recueillir l'avis et les observations des usagers et des partenaires institutionnels sur les documents structurants de la gestion de l'eau sur le bassin : SDAGE et  PGRI.

Les questionnaires sur l’eau et les inondations ainsi que tous les documents soumis à la consultation seront consultables sur le site internet de l'Agence à partir du 1er mars et pour une durée de 6 mois.